"De deux choses Lune, l'autre c'est le Soleil"


Depuis Château Queyras, une route étroite sur l'adret même en altitude et vers deux petits hameaux : Meyriès et Souliers. Meyriès est un petit village qui mérite le détour. Perché à 1700 mètres d'altitude, juste au dessus de Château Queyras, on y accède par une étroite route en lacets bordée de fleurs sauvages. Ce hameau recèle pas moins de cinq anciens cadrans ! Mais il est assez difficile d'y accéder, et la plupart sont en bien mauvais état. Le plus curieux est sans doute ce cadran à l'angle d'un mur. Il date de 1837 et porte les classiques devises :
" Qui bene vivit, bene moritur ": " Qui vit bien, meurt bien " ;
" A Dieu seul, honneur et gloire ".
Cadran en angle à Meyriès
A Souliers, c'est un cadran récent sur la façade d'une maison particulière qui nous accueille. Il date de 1988 et est une des premières créations de Rémy Potey. A la fois simple et raffiné par le choix de ses couleurs et de ses illustrations (arabesques et tête de chamois), il nous dit simplement : "Nihil sine sole " : " Rien sans le Soleil ".


Cadran au hameau de Souliers


En redescendant à Château Queyras, poursuivons notre route le long du Guil. Voici Ville Vieille, village carrefour. Ici, la vallée de l'Aigue Agnelle vient se jeter dans celle du Guil. Ville Vieille possède un cadran solaire qui m'a particulièrement plu, c'est peut-être même celui que je préfère. Il est très facile à trouver, sur le clocher de l'église, visible depuis la route qui monte vers Saint-Véran.
C'est un cadran commandé en 1821 par le maire d'alors, Jacques Falques. Ce cadran comporte trois devises :
" Vita fugit sicut umbra " : " la vie s'enfuit comme une ombre " ;
" A solis ortu usque ad occasum L.N.D " : " du lever du Soleil à son coucher, il faut louer le nom du Seigneur " ;
"Ante solem permanet nomen D.N.I" : " avant même le Soleil perdure le nom du Seigneur ".
Eglise de Ville Vieille
Ce cadran a été restauré par Rémy Potey en 1992. Je vous invite à aller l'admirer en début de matinée ou bien en fin d'après midi. En effet, l'architecture du clocher et son revêtement irrégulier confèrent alors un jeu d'ombres complémentaires à celles du style, qui subliment la beauté du cadran.

Il existe deux autres cadrans solaires peints à Ville Vieille, réalisés par Rémy Potey sur des maisons particulières. Je n'ai pas encore réussi à les trouver malgré deux balades dans le village. Il est possible qu'ils ne soient pas visibles depuis les rues.


Continuons notre voyage le long des rives du Guil. Celui-ci nous mène jusqu'à la petite ville d'Aiguilles. Les constructions sont assez récentes, comme pour toutes les communes situées le long de cette rivière. En effet, elles ont toutes été détruites à plusieurs reprises par des incendies ou des inondations. Ainsi, il ne reste plus qu'un seul cadran ancien : bien visible, il est situé sur la façade de La Maison du Queyras, place J. Léa. Il date de 1838 et a été magnifiquement restauré par Rémy Potey en 1991. Sa devise est la suivante : " Nihil sine sole ", " Rien sans le Soleil ".


Maison du Queyras à Aiguilles


On observe que le cadran rond qui est en usage aujourd'hui est comme posé sur un ancien cadran rectangulaire, dont il ne reste plus que les arabesques et les indications des heures.
Il faut ensuite aller voir deux autres cadrans à la sortie du village, créations originales de Rémy Potey. Le premier est situé sur la miellerie "La Vignette". C'est une représentation magnifique de la vie des abeilles, entre les champs de lavande, la ruche et la montagne. C'est un cadran dédié plus spécialement aux heures du matin, car orienté légèrement à l'est. Juste à côté, un chalet nommé " l'Asphodèle " porte un très joli cadran discrètement fleuri. Il date de 1994.
Cadran de la miellerie La Vignette Cadran du chalet l'Asphodèle
Enfin, au centre de vacances Léo Lagrange, un joli cadran sculpté dans le bois de décors naïfs mérite le coup d'il. Il porte la devise en français : " De deux choses Lune, l'autre c'est le Soleil ". Voilà une devise qui plaira à tous les astronomes amateurs !


Cadran en bois du centre de vacances


Il existe d'autres cadrans à Aiguilles, mais qui sont en fait des cadrans posés sur les murs. J'en ai photographié deux, dont l'un semble assez ancien et dégradé par le temps. Il porte une devise en patois. Vous pouvez les visualiser en cliquant sur les liens ci-dessous.
Un vieux cadran gravé dans le bois Un cadran de 1989 posé sur le mur d'une belle maison particulière



Page précédente Retour au sommaire Page suivante